La presse

 L' Université du Temps Libre dans la presse

  • Supplément Seniors Automne hiver 206  La Provence Bouches du Rhône

Extrait : Entretien avec le Professeur Robert Fouchet, Directeur de l'Université du Temps Libre :

[...] En quoi consiste l'U.T.L. ? - L'Université du Temps Libre est née du constat que beaucoup de seniors, retraités ou n'ayant pas pumener la carrière qu'ils auraient souhaitée, continuent de mener de nombreuses activités associatives. Ils possèdent un important pourvoir de transmission que nous avons voulu continuer d'alimenter.

Quelles sont les activités proposées ? - Entendons-nous bien, il ne s'agit pas de formation continue. Les cours sont dispensés à la carte et à prix coûtant. Des tarifs spéciaux sont même proposés pour les personnes au RSA. Nous programmons des formations techniques, c'est-à-dire liées à la maîtrise de l'informatique, d'internet ou encore des réseaux sociaix. IL est possible d'apprendre l'anglais, l'allemand, l'italien, l'espagnol ainsi que l'arabe et le chinois. Certains cours relèvent de la culture générale : l'histoire de l'art, des relligions, l'économie ...Nous nous intéressons aussi aux faits d'actualité, tels que les élections américaines ou les présidentielles. Nous proposons également des cours de théâtre, de chant, d'accompagnement à l'écriture poétique et même de cuisine ! Enfin nous nous intéressons à tout ce qui concerne l'expression du corps. Des promenades dans les calcanques sont organisées, de même que des séances yoga, de natation... plusieurs fois dans l'année, des voyages et des excursions à visée culturelle sont aussi programmés.

Qui sont vos intervenants ?  - Des enseignants d'Aix-Marseille Université ou d'autres universités, des expertrs, des conférenciers... Nous avons accueilli des spécialistes de Palmyre et de Monticelli pour des conférences qui leur étaient consacrées. Nous en organisons quatre par semaine....

 

  • La Provence Aix, Mardi 08 mars 2016

Université du Temps Libre, la culture pour tous

Elles sont deux, une feuille à la main et discutent avant leur cours de langue, d’un exercice qui leur a donné du fil à retordre ; plus loin, un petit groupe échange sur le dernier séminaire de philo ; dans la salle d’à côté, une expo des réalisations de l’atelier de peinture laisse admiratif un spectateur qui envisage de s’inscrire au cours d’aquarelle…Scène de la vie ordinaire à l’Université du Temps Libre d’Aix-Marseille Université qui, depuis plus de 40 ans, ouvre au grand public les portes de la culture. Ici, sans condition de diplôme, on peut participer à des conférences, des séminaires, des activités artistiques ou sportives, des cours d’informatique, de langues, à des tarifs abordables. 

Composé de seniors mais pas seulement, le public, près de 3500 personnes entre Aix et Marseille, a pour objectif d’apprendre pour le plaisir, d’exercer ses capacités intellectuelles et physiques dans une période de vie où le temps libre devient une réalité.

En pleine préparation des programmes de  l’année prochaine, Cathy Gemini, responsable  administrative à Aix confirme : « Ces seniors actifs viennent pour élargir leur horizon, pour s’approprier de nouveaux savoirs ou se remettre à niveau dans une discipline. Ils sont curieux du monde qui les entoure et désireux de trouver à la fois des compétences et de la convivialité. Et d’ajouter : « Se sentir à l’aise au sein de l’U.T.L. permet de  s’inscrire dans une dynamique de réussite. Cela favorise la capacité à acquérir des compétences, et constitue un facteur d’équilibre personnel».

On peut s’inscrire toute l’année. Programmes et tarifs sur  utl.univ-amu.fr

Contact : 04 86 91 42 60

Université du Temps Libre, Aix-Marseille Université, 5, avenue Schuman.

  • La Provence Aix, mardi 27 janvier 2015

L'Université où la curiosité fait office de moteur : 1400 personnes sont inscrites à Aix à l'Université du Temps Libre. On y aborde, au choix, les langues étrangères, l'informatique, l'art ou l'oenologie.

L'année 2015 commence tambour battant à l'Université du Temps Libre ! Sans condition de diplôme, un large public peut venir à l'UTL pour aborder les sciences, les arts, les activités sportives ou artistiques, approfondir des connaissances acquises. On continue d'inscrire en cours d'année dans ce service d'Aix-Marseille Université. "C'est une possibilité que nous offrons volontiers aux nouvaux arrivants dans la région", explique Cathy Gemini, responsable de l'UTL, mais aussi à tous ceux qui sont à la retraite depuis peu ou qui, tout simplement; veulent mettre à profit un peu de temps libre, en cours d'année".

Les diverses motivations de quelques 1400 personnes inscrites cette année, découlent des nouveaux modes de vie, de la nécessité de comprendre notre monde et du dévloppement très rapide des savoirs  dans tous les domaines.

"L'UTL installée sur le campus aixois est ouverte à tous! On ne chercha pas à acquérir un diplôme, poursuit la responsable, on vient pour son plaisir, pour tenter de trouver des réponses à ses questions, renforcer ses compétences, dans une ambiance conviviale". Les cours de langues, un atout pour s'immerger dans la culture des pays visités, font le plein, comme les cours d'informatique, dopés par l'évolution rapide des nouvelles technologies. "Le public a envie de savoir utiliser un ordinateur pour communiquer avec la famille éloignée ou visionner de sp^hotos via internet ou créer un blog."

Avec 4 conférences par semaine, plus de 30 séminaires annuels sur l'histoire, l'art, la musique, l'économie, l'oenologie, entre autres, des activités hebdomadaires, langues, arts plastiques, sports, etc., le public peut trouver, pour un coût qui reste raisonnable, un équilibre de vie entre activités intellectuelles et physiques. "A l'UTL, tout le monde peut cultiver ses connaissances sous la direction d'intervenants de qualité très impliqués dans leur enseignement, conclut Cathy Gemini ; la porte est ouverte, il ne faut pas hésiter à entrer!"

  • Version Femina, semaine du 30/12/13 au 06/01/14

Université du Temps libre : d' Aix à Avignon, ne faites pas l'erreur de croire  que cette université s'adresse uniquement aux retraités. "Version Sud" l'avait déjà évoqué en octobre, mais il est bon de le rappeler : tout le monde peut s'inscrire même sans diplôme. Beaucoup d'apprentissages s'offrent à vous : langues, histoire de l'art, informatique...en sachant qu'il n'est jamais trop tard pour acquérir une compétence. "Nous avons 30% d'étudiants entre 20 et 45 ans, une mixité intéressante, précise Marie-Laure Raffaelli, chargée de communication à l'UTL Aix-Marseille. Ce n'est pas étonnant, notre programme est très complet. De plus le tarif est accessible et on peut s'inscrire en cours d'année".                                               

  • La Provence édition d'Aix, samedi 25 mai 2013

Jean-Loup Campestre: "il y a trop de monde en prison": Jean-Loup Campestre donnait une conférence sur le thème "la prison pourquoi faire ? " à l'Université du Temps Libre. Il y a trop de monde en prison. Normalement, il faudrait une personne par cellule. Aujourd'hui, nous en sommes à 6 ou 7.Tel est le constat alarmant qui introduit la conférence de Jean-Loup Campestre à l'Université du Temps LIbre. Cet ancien avocat pénaliste est clair :"le problème, c'est la surpopulation dans les maisons d'arrêts. Aujourd'hui il y a 50.000 places en prison pour 67.000 détenus. Luynes, par exemple, est prévue pour 600 mais ils sont 900 à y être détenus. Et c'est dur pour tout le monde : magistrats, gardiens, détenus eux-mêmes. En Europe nous sommes les avant derniers, juste avant la Moldavie en termes de conditions de détention. Et pour lui, ces éléments sont la cause de fins tragiques. Il y a un suicide tous les trois jours en France dans les maisons d'arrêts. Et plus de 60 tentatives tous les jours"...(Aurélie Domaine)

  • France Arménie,  mars 2013

L'Arménie sur les bancs de l'Université du Temps Libre: Dans numéro de mars 2013, le mensuel  France Arménie donne la parole à Patrick Donabedian, Historien d'art et spécialiste en arménologie, enseignant à Aix Marseille Université, qui intervient dans son domaine à l'Université du temps Libre où il propose plusieurs conférences "grand public" axées sur la connaissance de l'art arménien. Cliquez ici pour lire l'article

  • La Provence édition d'Aix  22 mai 2012

"La rencontre avec Frédéric Lenoir" : Hier après-midi, dans un amphi Favoreu plein, l'Université du Temps Libre à Aix avait choisi d'inviter Frédéric Lenoir. Philosophe, sociologue et historien des religions, directeur de la rédaction, du magazine le monde des religions, il vient de publier "L'âme du monde" ...

  • La Provence édition Marseille 8 février 2012

Le "Temps Libre" sert aussi à apprendre : ... Avec plus de 400 personnes qui viennent chaque jour, l'UTL veut répondre au défi de l'allongement de la durée de vie. "40% supplémentaire et des loisirs qui occupent désormais 90% de notre tmeps libre", note Robert Fouchet, directeur de l'établissement... Les inscriptions se font tout au long de l'année, avec des tarifs ajustés. L'université est ouverte à tous, sans condition d'âge. " Il y a des personnes qui sont encore en activté", explique Martine Carraud. (Clémentine Mazoyer).

  • La Marseillaise édition Marseille  8 février 2012

Un immeuble pour les étudiants rue Rostand : ...Comme l'ont fait de nombreuses universités françaises, Aix Marseille Université a fait le choix de mettre l'université au service des territoires avec pour mission la transmission des savoirs et des connaissances ainsi que de la culture...Implantée à Aix et Marseille, l'université propose tout au long de l'année des conférences, des cours de langue, d'aquarelle, de chant, de taï chi chuan, d'activation de la mémoire mais aussi des voyages et des séminaires.

  • La Croix, 28 novembre 2010

"Dans les universités d’un autre type". L’appétit de savoir n’a pas d’âge. À preuve, d’année en année, le succès des universités du temps libre (UTL) ne se dément pas. Organisées le plus souvent sous la forme d’associations loi 1901, parfois hébergées, voire adossées à de « vraies » universités, celles-ci constituent des fenêtres sur le monde et pour tous. « Nul besoin d’être diplômé pour suivre nos cours – qui ne débouchent sur aucun diplôme », précise Marie-Ange Pendola, coordinatrice de l’UTL de l’Essonne. Sa structure compte 2200 adhérents, qui se pressent régulièrement dans des locaux mis à disposition par l’université d’Évry et où ils ont parfois l’occasion, à l’issue d’une conférence, d’échanger les points de vue avec de jeunes étudiants.

Comme celle de l’Essonne, l’UTL d’Aix-Marseille attire essentiellement un public de retraités, parfois aussi des personnes en activité qui profitent d’une demi-journée de récupération pour approfondir leurs connaissances des beaux-arts, découvrir l’histoire du patrimoine régional ou s’initier à la marche nordique. « Parmi eux, beaucoup d’enseignants, d’ingénieurs, de magistrats », note Michèle Einaudi, la responsable administrative de cette UTL. « On rencontre aussi des gens qui n’ont pas pu faire d’études et qui rattrapent le temps perdu », raconte-t-elle. Créée dès 1974, l’UTL d’Aix-Marseille compte plus de 3 000 inscrits qui, pour un coût annuel compris entre 110 € et 190 €, peuvent suivre dans l’une ou l’autre ville des conférences à la carte, des séminaires, des activités hebdomadaires, le plus souvent dispensées par des universitaires. Ils sont de plus en plus nombreux à apprendre des langues « pour pouvoir rendre visite à leurs enfants ou petits-enfants partis vivre à l’étranger ».

DENIS PEIRON

  • Notre Temps  Octobre 2010

"Faites-vous plaisir, entrez à l'université !" : Dans les Universités du temps libre, point d'examens, d'interrogations écrites surprises ou d'enseignants autoritaires! "J'apprécie que les cours ne soient pas trop académiques ni trop traditionnels. Très axés sur les échanges avec l'intervenante, fort sympathique d'ailleurs, ils se déroulent dans une ambiance conviviale", confie Catherine qui suit des séminaires d'oenologie à l'UTL d'Aix-en-Provence.

  • La Marseillaise Aix  24 septembre 2010

 Ils seront près de 1500 étudiants, dès le 11 octobre prochain, à revenir sur els bancs de l'Université du Temps Libre. Inscrits aux cours d'informatique, de langues étrangères, aux activités sportives ou artistiques, ils viennent aussi découvrir dans les éminaires l'histoire de l'art, les grandes civilisations, l'oenologie, la géologie, et autres thématiques qui s'appuient sur des voyages culturels organisés toute l'année. Ici le plaisir d'apprendre est le moteur essentiel... L'ambiance conviviale et studieuse, est source d'épanouissement et d'enrichissement personnel.

  • La Provence édition d'Aix  27 novembre 2009

"Pas d'âge pour apprendre à jouer au "tchat" et à la souris" : ...Certains sont venus avec leur ordinateur. A la fin du cours, ils le referment et le rangent..."Je les encourage à venri avec leur odinateur personnel, confirme Kaci Redjdal. Ça leur permet de garder les habitudes de fonctionnement." On peut se demander ce qui pousse des personnes, souvent du troisième âge, à vouloir à toute force manier l'informatique. Certaines réponses sont évidentes: "Pour communiquer avec les enfants, pour recevoir des photos de mes petits-enfants, pour ne pas rezter en marge d'une évolution collective de la société". D'autres sont plus inattendues: "Pour aller sur Facebook, pour communiquer par Skype, pour créer un blog ou un site.". Mais là, il faudra d'abord passer dans la classe supérieure...(Paul-Henry Fleur)

  • La Provence édition de Marseille 19 octobre 2009

"Ils ont du " temps libre " pour retourner à la fac" : …Lundi dernier, 10h30. C’était jour de rentrée et de retrouvailles pour Colette... 1500 étudiants suivent chaque année les cours proposés par l’Unviersité du temps libre. Les baby-boomers ne cessent de grossir les rangs de cette Université pas comme les autres....Le public est mélangé. Certains salariés profitent de leurs RTT pur étudier. Par exemple des employés dans l’hôtellerie s’inscrivent au cours d’anglais, de bon niveau et réputés…Les motivations des étudiants sont très diverses. Eliane, 53 ans, enseignante, vient ainsi s'inscrire à un cours d'aquarelle, maintenant que ma vie de famille me le permet. Pour d'autres, c'est l'occasion de reprendre des études qu'ils n'ont jamais pu faire. "Je n'ai que mon certificat d'études en poche, cela m'a toujours complexé", confie Albert... (Marie-Eve Barbier).